/ / /

L’opération

/

Rééducation suite à une prothèse

Rééducation suite à une prothèse

Sommaire HAUT

Rééducation suite à une prothèse

Écrit par les experts Ooreka

La rééducation est indispensable suite à la pose d'une prothèse a fortiori si celle-ci concerne les membres inférieurs qui soutiennent le reste du corps.

En effet, la rééducation sera une étape essentielle de la reprise de l'activité suite à la pose d'une prothèse de genou et de hanche. Elle est également fondamentale pour les membres supérieurs (prothèse de coude et d'épaule notamment).

Elle doit néanmoins être mise en place en fonction de l'état de santé du patient et en tenant compte :

  • des douleurs post-opératoires ;
  • du type de prothèses mises en place ;
  • de la technique de pose employée.

De manière générale on commence à faire fonctionner la prothèse avant même de chercher la récupération de la mobilité de l'articulation et le retour de la force musculaire.

Remarque : une « rééducation » pré-opératoire est fortement conseillée pour préparer l'articulation à la véritable rééducation post-opératoire et de façon générale pour réduire le temps de récupération.

Rééducation suite à la pose d'une prothèse de hanche

Suite à la pose d'une prothèse de hanche, on procède à une rééducation importante.

Dès le lendemain de l'opération, on est suivi par un kinésithérapeute qui va s'attacher à tonifier les muscles au niveau de la hanche opérée. Il mobilise la hanche en flexion et en extension.

Le surlendemain il est possible de se lever et de se déplacer à l'aide d'un déambulateur et du kiné en fonction du type de prothèse et des douleurs ressenties :

  • les prothèses cimentées autorisent la marche immédiate en appui complet ;
  • les prothèses non cimentées peuvent nécessiter quelques semaines avant de retrouver une marche normale.

Il est possible de quitter l'hôpital dans les dix jours qui suivent l'opération dans la mesure où on parvient à se déplacer seul et qu'on a retrouvé un semblant d'autonomie.

Des exercices seront poursuivis pour retrouver une bonne mobilité en flexion/extension et en abduction (écartement de la jambe).

Rééducation suite à la pose d'une prothèse de genou

Suite à la pose d'une prothèse de genou, la rééducation doit être mise en place rapidement. On respectera un protocole consistant :

  • à appliquer une cryothérapie au niveau du genou (pose de poche de glace ou de pack réfrigérant) ;
  • à procéder à une rééducation avec l'aide d'un kinésithérapeute ;
  • à poursuivre ce travail quotidien de façon régulière pendant trois semaines-un mois en fonction des progrès réalisés.

Concrètement, dès le lendemain de l'opération on procède à la mobilisation du genou à l'aide d'un appareil électrique qui effectue les mouvements de flexion/extension.

  • Il est possible de quitter le lit le surlendemain de l'intervention en étant aidé par un kinésithérapeute et en s'appuyant sur un déambulateur.
  • Au jour suivant on remplace le déambulateur par des béquilles qui permettront de prendre davantage appui sur le genou, toujours aidé par le kiné.
  • Enfin, à partir du quatrième jour et jusqu'au jour de sortie programmé (jusqu'à une semaine plus tard), des exercices sont pratiqués.
    • La marche avec béquilles est poursuivie.
    • Les distances seront progressivement augmentées et le kinésithérapeute veillera à corriger les éventuels défauts de la marche.

Il est généralement préférable de poursuivre la rééducation dans un centre spécialisé suite à la sortie de l'hôpital. Dans le cas contraire, il est possible de faire appel à des aides à domicile jusqu'au retour complet de l'autonomie.

Rééducation suite à la pose d'une prothèse de coude

La rééducation suite à la pose des prothèses de coude est particulière. Suite à la pose d'une prothèse totale, il est fondamental de surveiller la cicatrice, en particulier si l'intervention a eu lieu chez un patient souffrant de polyarthrite rhumatoïde (comme c'est généralement le cas).

On attend que l'incision pratiquée pour la pose de la prothèse soit cicatrisée (trois semaines) pour mobiliser le coude au-delà de 60° de flexion. Entre chaque séance de rééducation proprement dite et la nuit, le coude est placé dans une gouttière de repos (  attelle) qui le maintient dans une position à 30° de flexion.

  • En parallèle, on lutte contre les douleurs et l'inflammation en appliquant des poches de glace et en administrant des anti-inflammatoires.
  • Lorsque la cicatrisation est effective, on entreprend généralement un travail de balnéothérapie.
  • Une série d'exercices actifs obligent le patient à mobiliser son coude et des exercices visant à renforcer la stabilité de l'articulation sont entrepris. Ceux-ci sont fondamentaux.
  • Des orthèses peuvent être employées pour participer à cette rééducation, en association avec le travail réalisé par l'ergothérapeute. Il proposera notamment une série d'exercices avec de faibles résistances visant à solliciter le bras tout entier.

Rééducation suite à la pose d'une prothèse d'épaule

L'immobilisation suite à la pose d'une prothèse d'épaule est de 15 jours puis uniquement nocturne pendant encore un mois.

Première étape

La première étape de la rééducation suite à la pose d'une prothèse d'épaule dure en moyenne 6 semaines. Au cours de cette période, on procède à une séance d'auto-rééducation quotidienne et à trois séances hebdomadaires de rééducation avec un kinésithérapeute.

  • L'auto-rééducation consiste alors à soutenir le bras opéré avec l'autre membre supérieur. Chaque séance débute et se termine par un massage.
  • Les exercices consistent dès le début à laisser pendre le bras et à bouger le coude et la main tout en contractant les muscles du bras.

Dans un second temps, on travaille l'élévation du bras en position couchée et avec l'aide du kiné.

  • C'est la récupération de ce mouvement qui doit être le plus travaillée.
  • Les rotations du bras sont limitées.

Deuxième étape

La deuxième étape de la rééducation de l'épaule s'étend de 6 semaines à trois mois et les séances d'auto-rééducation et de kiné se poursuivent au même rythme cette fois en cherchant à :

  • retrouver une bonne rotation externe du bras (qui reste relativement limitée avec une prothèse totale d'épaule inversée) ;
  • progressivement passer d'un travail aidé à un travail autonome dans tous les plans ;
  • muscler les muscles périphériques de l'épaule.

Troisième étape

La troisième et dernière étape dure du troisième au sixième mois post-opératoire et consiste à intensifier les exercices de musculation. Le rythme des exercices reste identique et au bout des six mois, le kinésithérapeute n'a plus besoin d'intervenir.

L'auto-rééducation est maintenue pour entretenir la mobilité et la force du bras. Des progrès sont possibles jusqu'à un an après l'opération.

Entrez en contact direct avec des professionnels afin d’obtenir un devis personnalisé.

Demander un devis gratuit

Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !