Prothèse de jambe

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka

Sommaire

Les prothèses de jambe compensent la perte d'un membre ou la défaillance d'une articulation en s'adaptant à chaque situation et à chaque patient.

Il existe pour chaque cas particulier une réponse adaptée, qu'elle soit ou non chirurgicale. Cela dépend à la fois de la gravité du problème à prendre en charge et à la fois de l'état de santé général du patient, généralement lié à son âge.

Prothèse de hanche

Bien maîtrisée de nos jours, l'opération visant à poser une prothèse de hanche donne de très bons résultats.

Généralement les douleurs disparaissent et le patient peut de nouveau marcher normalement après avoir utilisé une canne pendant un mois ou deux, tant qu'il boite. Il peut rapidement reprendre ses activités habituelles.

  • Il faudra simplement éviter les activités physiques qui entraînent des chocs répétés afin d'empêcher une usure excessive de la prothèse.
  • Une prothèse de hanche aurait une durée de vie de 88 % à 15 ans, de 80 % à 20 ans et de 77,6 % à 25 ans. Toutefois, les récentes prothèses sans ciment semblent pouvoir durer plus longtemps encore.

Prothèse de genou

Après de nombreux échecs et de multiples complications, la chirurgie du genou est aujourd'hui bien maîtrisée. Actuellement, 100 000 prothèses du genou par an sont posées en France. La plupart sont des prothèses partielles unicompartimentales (par opposition aux prothèses totales) qui ont fait la preuve de leur efficacité.

Suite à l'opération, le patient procède à une rééducation qui peut être complétée par une réadaptation fonctionnelle. En général, il redevient autonome au bout d'un mois et la marche devient normale au bout de trois.

En ce qui concerne le sport après une prothèse totale de genou, un consensus a été établi pour conseiller :

  • Au cours des six premières semaines postopératoires, la marche, monter les escaliers, nager, l'aquagym-aquafitness et le vélo d’appartement.
  • Au cours des 6 à 12 semaines, le vélo sur terrain plat et le yoga peuvent être également pratiqués ;
  • Entre 12 semaines et 6 mois, le tennis en double, le golf, le fitness et la musculation, l’aérobic, la randonnée, la marche nordique et la voile peuvent être envisagés ;
  • Plus de six mois après l'opération, le vélo avec dénivelé, le tennis de table, l’aviron, le canoë, le kayak, le ski et le taï-chi peuvent être repris.

En revanche, les sports suivants sont contre-indiqués :

  • le jogging, le running, le tennis en simple, le cross, l’escalade et le ski nordique durant les 6 premières semaines ;
  • le jogging sur route, le running sur tapis roulant, le handball, le football, le basket-ball, les sports de combat et les arts martiaux ne sont pas recommandés dans les 12 premières semaines ;
  • le badminton, le volley-ball, le canyoning, le surf, la planche à voile le snowboard et la luge ne sont pas recommandés dans les 6 premiers mois ;
  • le squash est déconseillé, même plus de 6 mois après l’opération.

Le résultat obtenu six mois après l'intervention est généralement définitif. Le genou est indolore et seule la flexion reste un peu limitée.

Une prothèse de genou a une durée de vie moyenne de 12 à 20 ans, mais doit faire l'objet d'une surveillance régulière.

Prothèse du fémur

La prothèse du fémur intervient chez des personnes qui ont été amputées et qui doivent porter une prothèse pour retrouver leur autonomie.

L'objectif des prothèses fémorales est de donner un maximum de confort et une sécurité optimale.

Les prothèses ont aujourd'hui suffisamment évolué pour répondre à de nombreuses attentes. Elles peuvent servir à un usage quotidien classique, mais également être spécialisées pour permettre de pratiquer des activités sportives :

  • cyclisme avec un système d'attache rapide à la pédale intégré à la prothèse ;
  • athlétisme (course, saut...) avec une lame flexible en fibre de carbone ;
  • natation avec un système de blocage de la cheville lors de la nage ;
  • plongée avec la possibilité d'intégrer une palme à la prothèse ;
  • snowboard avec un système articulaire spécifique permettant la mobilité de la cheville...

Prothèse du pied

Il existe de multiples prothèses du pied.

Les modèles les plus simples autorisent une flexion plantaire ou sont monobloc, mais disposent d'un amorti au niveau du talon (différentes densités existent). Dans les deux cas, la légèreté et l'esthétisme sont pris en compte.

D'autres modèles existent :

  • classe I pour les patients dont le périmètre de marche excède 500 mètres et qui se déplacent à plus de 3 km/h ;
  • classe II pour les patients dont le périmètre de marche excède 500 mètres, qui se déplacent à plus de 3 km/h et qui ne présentent pas d'autre handicap ;
  • classe III pour les patients qui se déplacent rapidement (au moins 4,5km/h) ou qui pratiquent une activité sportive.

Chaque modèle peut être personnalisé pour s'adapter :

  • au type d'amputation et à la longueur du moignon ;
  • à la hauteur de talon souhaitée ;
  • au poids ;
  • à l'activité.

Aussi dans la rubrique :

Zones d'appareillage

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider